TASSINI Pascal (B)

TASSINI Pascal (B)

1955, Ans.

Depuis 1996, il fréquente les ateliers artistiques du Créahm Région Wallonne à Liège.
Acquisition dans la collection : 1997.

Issu d'une famille de trois enfants, Pascal Tassini ne suit jamais d’enseignement scolaire. Après le décès de ses parents, il est pris en charge par son frère cadet et intègre les ateliers du Créahm à Liège. De prime abord discret, il s'impose rapidement comme une figure incontournable de l'atelier. Artiste aux multiples facettes – il est aussi comédien –, il construit progressivement un univers cohérent et sensible au moyen de divers médias : peintures, écritures, modelages, assemblages, créations textiles... Chez lui tout est lié.
Lorsqu'il intègre le Créahm, Pascal Tassini se montre dans un premier temps plus intéressé par le rangement que par les activités plastiques qui lui sont proposées. Maniaque, il organise avec soin l’espace de travail. C’est lors de l’un de ses nettoyages frénétiques qu’il tombe en arrêt devant une image dans un catalogue d'exposition d'art africain du musée de Tervueren. Cette reproduction opère sur lui une sorte de stimulus créatif. Pascal Tassini fait alors émerger de la terre un personnage phallique qui, bientôt, est rejoint par sa tribu de confrères. Ses totems de terre, similaires, sont dénués de membres, dépouillés de détails. Plus tard, il y adjoint de nouveaux éléments morphologiques : « gros orteils », anses et cornes, couvre-chefs... Au départ conçue comme une entité unitaire, l'armée de phalli se soude dans d’autres réalisations jusqu'à former des conglomérats étranges. Pour ranger tout ce beau monde, Pascal Tassini s'aménage dans l'atelier un espace personnel. Placé de manière stratégique, il lui permet de tenir à l'œil tout ce qui se déroule alentour. Il construit cette cabane au moyen de bric et de broc, récupéré ou subtilisé de-ci de-là. Au fil de ses trouvailles, il noue à son ensemble un réseau de morceaux d'étoffes. En perpétuelle évolution, en constante mutation, le nid prend forme. Pendant une période, l’artiste, comédien farceur, y reçoit sur invitation quelques hôtes – à l'attention desquels il rédige de son écriture caractéristique des ordonnances ou déclarations d’amour. La réalisation de cette cabane laisse éclater au grand jour sa passion pour le travail textile. En effet, Pascal Tassini commence par réaliser discrètement de petites pelotes avec des lanières de textiles divers noués passionnément, il s’attaque ensuite à des réalisations plus monumentales. Les étoffes roulées, attachées solidement, deviennent dès lors des entités aux nombreuses excroissances. Leur morphologie suit une évolution comparable à celle mise en œuvre lors de la réalisation de ses modelages : structures de plus en plus complexes assemblées en un seul et même essaim aux abondantes protubérances.