THEÂTE Dominique (B)

THEÂTE Dominique (B)

1968, Liège.

Depuis 2001, il fréquente l'atelier artistique du CEC La Hesse à Vielsalm.
Acquisition dans la collection : 2006.

En 1987, la vie de Dominique Théâte bascule brutalement. Un accident de moto compromet les projets de ce jeune homme qui planifie de suivre les cours des beaux-arts à Liège. Après une longue période d'hospitalisation et de soins, il intègre une institution. Aujourd'hui, son ambition professionnelle – assurer une activité d’artiste – demeure bien présente. D'un naturel bavard et hableur, Dominique Théâte dessine autant qu'il ne parle et qu’il n’écrit. Homme de scène, dans ses autoportraits et « schéma de … », il livre ses rêves ; il re-présente ses perspectives de vie et de réussite sociale, non sans une pointe d’humour. Son œuvre est présentée dans diverses expositions d’envergure telles que « Visions singulières » au Palais des beaux-arts à Bruxelles en 2005, ou lors d’expositions personnelles notamment en 2006 au Madmusée ou à la galerie L’Objet trouvé à Paris en 2008. Elle est conservée dans diverses collections privées et publiques d’art outsider.

« Shéma (sic) me représentant » en pilote d’une grosse berline, en comédien à la mise parfaite, en fiancé comblé, en jeune homme bien sous tous rapports. Dominique Théâte se projette, tente de recoller les morceaux que l’accident a fragmentés en lui. Il prend à témoin, conjure, invoque, revendique un futur, l’incarne dans sa geste votive. Il veut reprendre le cours des choses, forcer le destin, il a un plan pour ça, il en a fixé les étapes, les contours. Il existe (étymologiquement : sortir de, se manifester, se montrer). L’art est la fin et le moyen de cette reconquête, tout s’y assemble, s’y rassemble, s’y ordonne : le dessin forme le dessein. Il en est l’accomplissement. Sur la feuille, Dominique est là, hiératique, face à lui-même, les mots tracés dessous dansent sans jamais s’épuiser, sans repentir, convoquent des lendemains enchantés. La vitesse, l’amour, la puissance sont comme des vœux chuchotés dans le sillage d’une étoile filante. Leur scintillement s’attarde dans nos rétines, semble décliner, puis reprend dans le dessin suivant, puis le suivant, encore, et encore. Dominique a un plan, un schéma, « une représentation simplifiée et fonctionnelle d’un objet, mouvement ou processus » (Littré). Un plan, simple, fonctionnel. Une équation pour dire : « je vis ». Christian Berst